icon-account icon-glass
livraison gratuite & etiquette retour offerte pour recycler vos anciennes chaussettes dès 45€ de commande
Suivez-nous sur :

Chaussettes Orphelines ne fera pas de soldes

Publié par Márcia de Carvalho , le

Nous refusons les soldes !

C’est parti pour les soldes d’hiver ! D'une durée ramenée désormais à quatre semaines (contre six semaines auparavant), celles-ci devraient connaître comme chaque année un grand succès.

Chez Chaussettes Orphelines, nous ne pratiquerons pas de soldes, comme chaque année. Sur les 4 semaines à venir, nos prix seront identiques à ceux que nous pratiquons tout le reste de l’année.

Deux raisons principales motivent notre décision :

  • Les soldes créent des besoins qui n’existent pas toujours et remplissent nos placards de vêtements que nous ne porterons jamais,
  • Nous militons pour le juste prix des vêtements toute l’année.

      Les achats doivent correspondre à un besoin

      Or, les soldes créent des besoins.  La première étape lors d’un achat (vêtement ou autre) devrait toujours être : « en ai-je besoin ? ». Oui, a-t-on réellement besoin de ce N-ième tee-shirt …. ou peut-on s’en passer ?  Si le besoin est réel, pas de soucis, mais s’il ne l’est pas, il faut se poser des questions...

      L’entreprise spécialisée dans le déménagement Movinga a réalisé une grande enquête sur le gaspillage et le non-recyclage des vêtements. 18 000 personnes ont été interrogées dans une vingtaine de pays. Chacune d’entre elle devait estimer le pourcentage de vêtements portés dans sa garde-robe. En France, les répondants estimaient ainsi porter un peu moins de la moitié de leurs vêtements. En réalité, nous portons à peine 32% de nos vêtements. Cela signifie que 68% de nos jupes, robes, pull et autres vestes ne sont jamais portés en une année.

      Notons qu’en France, nous ne sommes pas les plus mauvais élèves : la Belgique arrive tout en bas du classement avec seulement 12% de vêtements portés. Elle est suivie de près par les États-Unis, et l'Italie : 18 et 19% d’utilisation. À l'inverse, la Russie, la Suède et la Finlande sont les trois pays les plus économes en vêtements.

      Les soldes ne sont clairement pas étrangères à ce phénomène. Trop souvent, les achats effectués pendant les périodes de solde répondent à un besoin instinctif, celui de « faire une bonne affaire », et non à un besoin réel. Nous cédons plus facilement à nos envies, en nous répétant « ce n’est pas grave, c’est soldé, ce n’est pas cher… ». C’est comme cela, que nous nous retrouvons avec une robe en taille S au lieu du M que nous faisons, mais elle était à -50% !!!! Sauf que les 50 % payés resteront au fond du placard, jamais portés….

      À l’ère de la sur-consommation, le besoin d’achat remplit souvent un besoin de se faire plaisir, vite fait, bien fait. Mais où est le « bienfait » pour la planète ? Ces achats compulsifs nous amènent à acheter en moyenne 30 kg d’habits chaque année (source : documentaire Vêtements, n’en jetez plus !).

      Nous avons déjà décrit les effets de cette sur-consommation et de cette sur-production de vêtements pour la planète. Les vêtements neufs consomment des matières premières qui épuisent les réserves naturelles : un jean, par exemple, c'est 49 kilos de matière première et 8.000 litres d'eau….

      Les Français ont pris conscience du gaspillage alimentaire. Le gaspillage textile est en revanche encore méconnu, alors que les enjeux sont tout aussi importants.
      Moins d’un quart de nos vêtements sont recyclés. Pour revenir à l’échelle individuelle, la France recycle seulement 2,5 kilos de textile par an et par personne, c’est-à-dire deux fois moins que nos amis Allemands.

      Alors que faut-il faire ? Plutôt que de succomber à la tentation d’un article soldé qui ne se sera pas porté, nous préconisons la conception d’une garde-robe comportant des basiques intemporels et résistants au temps, que l’on retrouve avec bonheur année après année.

      Au niveau du portefeuille, vous vous y retrouverez largement ! Car un mode de consommation raisonné permet de faire des économies, et ce, certainement plus que faire les soldes ! En créant des besoins, les soldes nous poussent à dépenser de l’argent que nous n’aurions pas forcément déboursé autrement. Mieux vaut privilégier des achats éthiques et écologiques tout au long de l’année, lorsque le besoin est réel.

       

      Notre deuxième motivation à l'absence des soldes est clairement notre volonté de ne pas faire valser les étiquettes. 

      Les produits doivent être vendus au juste prix toute l’année

      Tout comme le Black Friday, les soldes ne permettent pas de connaître le juste prix d’un vêtement. Est-ce celui pratiqué pendant les soldes, à 30, 30, 40, 50% du prix affiché le reste de l’année ? Ou est-ce le prix initial ?

      Il est difficile de savoir, car les soldes ont, depuis leur popularisation en 1873 par Le Bon Marché, bien changé de leur objectif initial. A l'époque, elles devaient servir à écouler les stocks en fin de saison, c’est-à-dire deux fois par an, et faire de la place dans les rayons pour présenter les articles de la nouvelle saison.

      Aujourd’hui, les enseignes soldent tous leurs produits, avec des remises qui atteignent parfois 70% du prix de vente initial.

      Alors, quel est le juste prix ? Pour nous, le juste prix des vêtements est celui qui rémunère équitablement l’ensemble des maillons de la chaîne de production et de distribution.

      Nos prix peuvent parfois paraître élevés, et ils le sont par rapport à du made in Asia « neuf ». Mais nous recyclons des chaussettes en France et la logistique est importante pour cela : il faut consacrer du temps aux collectes de chaussettes usagées, du budget au tri (confié à un atelier d’insertion ESB Espérance dans les Yvelines) puis faire appel à un filateur français qui transforme les chaussettes en nouveau fil, puis à un tricoteur ou un tisseur, puis enfin à un atelier de confection.

      100% du prix de vente est investi dans l'économie française ! Toutes les personnes qui participent à la réalisation de nos vêtements recyclés sont rémunérées au juste prix.

      C'est une question de choix : acheter moins mais acheter mieux, privilégier les emplois locaux et les produits durables.

       

      La bonne idée cette année c'est de se constituer une garde-robe intemporelle

      Refréner ses pulsions acheteuses est meilleur pour la planète, pour les travailleurs du secteur textile… et pour le portefeuille !

      Avec Chaussettes Orphelines, participez à une mode plus respectueuse, une mode écologique. Plus nous recyclons, moins nous polluons !

       

       

      Partagez sur les réseaux sociaux :


      Publications précédentes Publications récentes


      2 commentaires


      • Merci pour cette prise de position courageuse ! Quelle belle philosophie !
        Petite question pratique… avez-vous un revendeur en Suisse ?

        Belle année 2020 à toutes les chaussettes !

        Catherine Chabloz le

      • Bonjour,
        Que c’est bien dit ! Je n’en suis qu’au début de la démarche (et ce n’est pas toujours facile de résister), mais c’est mon objectif : peu mais mieux !

        Florence le

      Laisser un commentaire

      Sachez que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés