icon-account icon-glass
Frais de port gratuits à partir de 39€

"Made in China” quels sont les travers de la mondialisation de la mode

Publié par Márcia de Carvalho , le

Made in china mode et mondialisation

Il est aujourd’hui bien connu que la plupart des vêtements que l’on achète ont été fabriqué à l’autre bout du monde. Mais savez-vous quelles sont les réelles conséquences de cette mondialisation de la mode ?

Le Rana Plaza, ou quand la misère de la mode est révélée au grand jour

Mode et mondialisationCela fait quelques années maintenant que nous en savons un peu plus sur les conditions de travail des gens qui fabriquent nos vêtements. Malgré cela, « Made in China » ou encore « Made in Bangladesh » sont des mentions que l’on retrouve très souvent sur les étiquettes et qui sont désormais banalisées dans nos esprits.

Un évènement a cependant marqué les esprits dans l’histoire de la mode moderne. Il a remis sous les projecteurs du monde entier la situation alarmante des fabricants de textile à bas prix : il s’agit de la tragédie du Rana Plaza.

Rana Plazza mode et mondialisationSitué à Dacca, capitale du Bangladesh, le Rana Plaza était une tour qui abritait les employés d’entreprises de sous-traitance, c’est-à-dire des entreprises qui se chargent de la production à bas coût de la majorité des grandes enseignes de l’habillage. Cette tour, dont les 5 derniers étages avaient été construits sans permis, abritait plusieurs ateliers de textile et près de 5000 employés.

En 2013, des employés signalent un jour à leurs responsables la présence de fissures sur les murs. Pour maintenir les cadences de production, ces-derniers refusent d’évacuer le bâtiment et somment les employés de continuer leur travail. La tour s’effondre dans la journée, entraînant la mort de plus d’un millier de personnes. Cette tragédie révèle la précarité de la situation des sous-traitants dans ces pays lointains mais surtout l’implication de grandes enseignes de la mode dont les étiquettes ont été retrouvées sous les décombres.

 

Une industrie qui remet peu à peu en question la mondialisation de la mode

Des mesures ont certes été prises. Des lois ont été promulguées, notamment sur le devoir de vigilance. Cette loi oblige depuis cette année les grandes entreprises (plus de 5.000 employés en France, ou 10.000 salariés si le siège social est à l'étranger) à recenser tous les risques sociaux et environnementaux encourus par elles comme par leurs sous-traitants. L'objectif de cette loi est de mieux connaître les chaînes de production ou de s'interroger sur les effets de telle ou telle décision d'investissement.

Les grandes enseignes doivent donc être plus attentives à la sécurité et au bien-être des travailleurs, qu’ils soient leurs propres salariés ou les salariés de leurs sous-traitants, même lointains. Mais ces dernières demeurent encore peu transparentes sur leurs circuits de fabrication, alléguant de la difficulté de contrôle car leur chaîne de production est parfois très complexe.

Des efforts sont donc encore nécessaires et il est très important pour nous, les acheteurs, d’être attentifs à comment a été fabriqué ce que nous achetons et surtout à quel coût.

Hashtag et réseaux sociaux, les mouvements pour continuer à sensibiliser

Le mouvement Who Made My Clothes est porteur de ce message. Chaque année autour du 24 avril, date anniversaire de l’effondrement, le monde de la mode responsable organise des événements, conférences et autres animations participatives : c’est la semaine de la Fashion Revolution. Le phénomène touche aujourd’hui plus de 100 pays, et des millions de personnes se mobilisent sur les réseaux sociaux avec des photos ou des vidéos posant la question Who made my clothes / Qui fait mes vêtements ?

Chaussettes Orphelines - Marcia de Carvalho est une marque de mode éthique localisée à Paris, dans le quartier de la Goutte d’Or qui fait travailler des ateliers du quartier et de Paris mais aussi des industriels français pour le recyclage des vieilles chaussettes collectées en nouveau fil, qui servira au tricotage de nouveaux accessoires et de nouveaux vêtements.

Chaussettes en fil recyclé 100% made in Francepelote en fil recyclé chaussettes OrphelinesBijoux en fil recyclé chaussettes Orphelines

Produire en France c’est privilégier le circuit court

made in france chaussettes OrphelinesContrairement  au " Made in China " produire en France c'est limiter notre bilan carbone dû au transport mais c’est aussi s’assurer que nos “petites-mains” ont été justement rémunérées et ce pour vous proposer des produits de qualité certaine. C’est une véritable marque de mode 100% Made in France, 100% économie circulaire, sociale et solidaire !

Faites comme nous, vous aussi participez à cette initiative collective qui fait bouger la mode avec le #whomademychothes. Et privilégiez vos achats avec du Made in France.

Si vous souhaitez tout savoir sur les vrais travers de la mode d'aujourd'hui, nous vous offrons gratuitement un ebook complet sur ce sujet, cliquez sur le bouton ci-dessous pour en apprendre davantage sur les dessous de la mondialisation :

 

 

Partagez sur les réseaux sociaux :


Publications précédentes Publications récentes


1 commentaire


  • Comment récupérez vous les chaussettes, peut on vous en envoyer et où?

    Busca le

Laisser un commentaire

Sachez que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés